Articles

Energies négatives et positives

By

on

Les énergies négatives

Vous avez certainement remarqué en regardant la télévision et en particulier les informations, combien ces informations sont négatives. Vous avez sans doute remarqué aussi que dans l’univers du cinéma, les films sont de plus en plus violents.

Plus on avance dans notre société et plus les choses négatives sont mises en avant. Pourquoi ces informations sont elles tellement négatives ?

En fait, on va s’apercevoir qu’on est hyper attentif au négatif. Mais pourquoi est-on super négatifs ? Pourquoi, alors qu’on connait tout l’impact et tout l’intérêt des pensées positives, on met toujours en avant, le négatif ? Les neurosciences ont une réponse très précise à cela et vont nous donner une approche pour faire évoluer le système.

Si on remonte à la préhistoire, tout était dangereux. Et à ce moment-là, le cerveau humain a développé une aptitude qui était qu’à chaque fois qu’il rencontrait quelque chose de potentiellement dangereux, il fallait qu’il l’enregistre pour qu’il ne le reproduise pas. Cela développe un phénomène de généralisation et de mémorisation.

Les différentes mémoires

Il y a plusieurs formes de mémoire : la mémoire de travail, notre mémoire instantanée immédiate et la mémoire implicite dans laquelle va se trouver nos grands automatismes.

Dès qu’une personne est en contact avec quelque chose de négatif qui peut représenter pour elle potentiellement un danger, elle l’inscrit systématiquement dans sa mémoire implicite, dans sa mémoire à très long terme.

Donc, à chaque fois qu’on aborde des idées négatives, qu’on présente des informations négatives, le cerveau humain considérant que ça peut être un danger potentiel, développe plus de conscience et c’est à travers cette conscience là qu’il va l’enregistrer à long terme pour s’en prémunir et pour s’en protéger.

Ce mécanisme était sûrement approprié à l’époque de la préhistoire mais aujourd’hui il n’est lus approprié mais il est ancré dans notre neurologie.

Dès que nous vivons quelque chose de négatif dans notre vie, on l’enregistre de façon systématique dans notre mémoire implicite et du coup, on y a beaucoup plus rapidement accès, on s’en rappelle beaucoup plus rapidement et ça revient à la conscience régulièrement puisque c’est rangé dans cette mémoire qui est la mémoire de nos automatismes et ce à quoi on est lié en terme de protection personnelle et de danger.

Quand on vit une situation hyper positive, on n’a pas développé cette aptitude à la ranger dans la mémoire implicite. Le but de ranger les expériences négatives dans la mémoire implicite, c’est de pouvoir les repérer et s’en protéger. Or, on n’a pas envie de se protéger d’expériences positives. Donc dès qu’on vit une expérience positive, on la vit sur l’instant mais on ne la range pas dans la mémoire implicite. Donc l’accès à cette expérience sera beaucoup plus difficile qu’une expérience négative.

On est donc beaucoup plus alerte et beaucoup plus focalisés sur nos expériences négatives que sur nos expériences positives.

Mieux vivre grâce à la pensée positive

Quand vous vivez quelque chose de positif, développez votre conscience !

Être en conscience, c’est être au clair sur ce qui se passe maintenant à travers nos 5 sens (ce que je vois, ce que j’entends, ce que je ressens, ce que je sens, ce que je goûte.)

Quand vous êtes dans une expérience agréable, portez votre attention sur ces 5 sens là !

Qu’est-ce que je suis en train de vivre ?

Vous pouvez même faire un STOP (se taire et observer patiemment). Le fait d’être conscient permet de mettre l’événement dans notre mémoire implicite. Moralité, come je la mets dans ma mémoire implicite, je vais essayer d tout faire pour reproduire cette mémoire et dès que la situation ressemblera quel que peu à ce que j’ai déjà vécu, de façon automatique la mémoire implicite fera remonter l’expérience agréable.

Il faut que nous apprenions à être beaucoup plus conscient des expériences positives, même les plus petites choses agréables de notre quotidien. Si vous faites cela dans votre vie, vous avez en vous une ressource qui va garantir une certaine forme de recette du bonheur.

Être heureux, c’est être en conscience du nombre de moments positifs que nous avons dans notre vie et percevoir et pouvoir en goûter le fruit immédiat.

Et si vous avez envie d’y avoir accès en terme de souvenir, si ce n’est pas rangé dans votre mémoire implicite, vous n’y aurez pas accès.

Référence : David Lefrançois

 

About Chantal

Médecin, Homéopathe, experte en nutrition comportementale, je me suis très vite intéressée à la psychologie en générale et suivie de nombreuses formations dans ce domaine. Pendant plus de 15 ans, j'ai eu le privilège d'accompagner des milliers de femmes à effectuer des changements dans leur vie. A présent coach de vie, je vous transmets des outils pour réussir à être vraiment vous-même et non ce que les autres veulent que vous soyez !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *